Le rugby par marsemd2013

Publié le par MarsEMD2013

Le rugby par marsemd2013

« Au premier plaquage on les déstronche »

par marsemd2013

Bienvenue au cœur du sacro saint de l’humilité, de la concentration, de l’effort, du pas pd.

Les Eglises sentent bon l’odeur sacrée de l’encens de la cérémonie dominicale, les vestiaires, eux, hument l’odeur sacrée du camphre du combat dominicale. Il y a quelque chose de sacré dans le rugby.

En Rugby comme en Eglise, les Hommes sont assis, là sur de longs banc de bois usés, écoutant avec assiduité l’homélie de leur mentor. Certains lèvent la tête, le menton tendu et le buste bombé, d’autres préfèrent se recentrer sur eux-mêmes, le visage dissimulé dans le creux de leurs mains. Il y a quelque chose de sacré dans le Rugby.

Une fois l’homélie prêchée, le silence se fait. Les Hommes se taisent. L’atmosphère se fait plus grave, plus tendu, introspectif. Les Hommes repensent au discours qui vient de leur être professé, ils remâchent mot par mot le plan de bataille . Chacun se projette, ils se retrouvent confrontés à la réalité du discours, à chaque moment rude qu’ils devront surmontés, à chaque effort qu’ils devront produire pour sortir victorieux de cette épreuve. Il y a quelque chose de sacré dans le Rugby.

Tous se lèvent, le regard dur, le visage transpirant, les cuisses et les mains consolidés par quelques bandes de « strap ». Ils se serrent les uns aux autres, ne forment qu’un seul bloc. Le bruit blanc des longs crampons d’hiver heurtent le carrelage, de profondes inspirations rythment le souffle de chacun. Ce n’est plus qu’un seul poumon qui respire, qu’un seul cœur qui bat, qu’un seul Homme prêt à partir au combat.

Les regards se croisent, les mâchoires se serrent, les jambes tremblent: la testostérone et l’adrénaline sont au plus haut. Le mentor passe au milieu de ses hommes , adresse à certains un regard confiant, n’hésite pas à heurter plus virilement un autre d’un coups de casque en pleine ruche le conditionnant à un futur engagement féroce sur le pré.

Il y a de la peur dans ces moments là, certains mêmes en vomissent mais il n’est jamais arrivé qu’un de ses Hommes ne s’effacent. Le courage du groupe a toujours été plus fort que la peur d’un seul Homme. C’est pour la victoire, la satisfaction de se sentir homme, pour le bien commun d’un groupe que l’Homme de Rugby accepte le , son sacrifice. Il y a quelque chose de sacré dans le rugby.

Vient le moment du combat. Les gladiateurs sortent dans l’arène mais ça, c’est une autre histoire…

Pierre de l'équipe marsemd2013

le vestiaire par marsemd2013

le vestiaire par marsemd2013

Commenter cet article

Luke 05/02/2014 15:25

Parfait! On a vraiment l'impression d'y être !